Jour de « pré ren­trée ». J’ai peur. 30 ans de métier. La mala­die peu importe, j’ai jamais été sui­vi par une quel­conque méde­cine du tra­vail … j’en suis là.

On me demande de par­quer mes élèves… de suivre des lignes comme dans les mau­vaises séries. Apprendre à mes élèves à suivre des lignes, à « véné­rer » la bonne parole de l’institution, ils seront prêts pour leur vie d’adulte… Docile. De bon citoyens qu’on nous demande de for­ma­ter.

Gar­dez vos gosses ! Je vous enver­rai le tra­vail, vous l’apporterai. Je pleure sur ma lâche­té, je suis fonc­tion­naire et le ministre l’a dit… je dois me taire.

Par L. Ins­ti­tu­teur – Région Île De France