Étant une per­sonne à risque, mon méde­cin m’a fait une pres­crip­tion pour aller cher­cher des masques gra­tuits à la phar­ma­cie. Résul­tat : 2 masques jetables. On ne peut pas m’en don­ner plus car sinon “il n’y en aura pas assez pour tout le monde” et “si vous en vou­lez plus, vous pou­vez en ache­ter”. Je trouve ça scan­da­leux ! Je ne pour­rais donc sor­tir que 2 jours dans la semaine, ma petite retraite ne me per­met pas d’en ache­ter. Ma san­té a donc un prix.

Par Y. Retrai­té – Région Île-de-France